Roma, Roma-ma

Mon premier week-end à Rome datait d’il y a trois ans. Le titre était d’ailleurs déjà pris, d’où ce choix curieux et assumé d’une dédicace à Lady Gaga, qui fait peut-être partie de mes lectrices. C’était à l’occasion du voyage improbable qui allait m’emmener en Afrique du Sud, puis en Thaïlande, puis en Ethiopie ; et comme la plupart des gens qui y vont pour la première fois, j’avais surtout écumé les grands classiques de la ville : le Colisée, le Vatican, la fontaine de Trevi… Et je n’avais pas été spécialement conquis par une ville qui compte encore plus de touristes que d’églises, où les locaux sont peu souriants, les visites culturelles chères, la bouffe chère et pas exceptionnelle par rapport à ce qu’on trouve ailleurs en Italie… Bref, je n’ai pas détesté Rome, mais par élimination c’est sans doute la capitale européenne que j’avais le moins aimé jusqu’à présent !

Est-ce que cette deuxième visite, qui sera l’occasion de sortir un peu des sentiers battus, inversera la tendance ?

Et pourquoi retourner dans une ville que je n’ai pas spécialement kiffée ?

La première question attendra, mais la deuxième a une réponse simple : le rugby ! C’est la sortie annuelle du Tournoi des VI Nations. Après Paris, Edimbourg, Cardiff et Londres, Rome est donc au programme, en attendant très probablement Dublin l’an prochain qui permettra de boucler le projet #6stadesen6ans !

Italie 2019 8b

Le match Italie-Irlande avait tout du scénario écrit d’avance, avec les rouquins qui mettent leur raclée habituelle aux ritals, mais finalement les favoris n’ont pas livré un grand match et les locaux ont de leur côté bien résisté, ce qui a donné un match pas désagréable à regarder, avec un peu de suspense. Pour l’ambiance, hormis les hymnes nationaux qui restent un grand moment, et malgré les irlandais venus en force, on est quand même loin d’Edimbourg ou de Cardiff… Mais au-dessus du stade de France ?

Italie 2019 8a

Si on oublie le Colisée, le Panthéon ou les musées du Vatican, déjà vus la dernière fois, il reste d’autres visites à faire à Rome. Une qui me tentait beaucoup : les thermes de Caracalla.

Italie 2019 2

Certes, comme le Forum ou le Colisée, ce sont toujours des ruines, mais en très bon état (pour des ruines). Beaucoup de guides les vendent comme les vieux préservées de l’empire romain et je n’ai pas de mal à y croire. La visite est sympa et aurait pu être encore plus immersive si j’avais pris les lunettes bizarres qui permettaient de les voir comme à l’époque avec la réalité virtuelle. Ça me paraissait cher par rapport au billet d’entrée, mais pour avoir vu d’autres gens avec, je pense que ça les vaut…

Seconde halte que j’avais manqué la première fois : la place d’Espagne, qui en soit est juste une place, mais qui offre une des plus jolies vues de Rome : la fontaine de la Barcaccia qui devance les escaliers qui mènent à l’église de la Trinité des Monts.

Italie 2019 4

Le Trastevere est l’un des quartiers les plus emblématiques de la ville. Des rues étroites et pavées, des immeubles colorés, quelques villas typiques. On pourrait presque se croire dans un village des Cinque Terre. Je m’attendais à n’y trouver que des attrappe-touristes mais c’est finalement là que j’ai débusqué le meilleur restaurant de notre séjour (voir plus bas).

Italie 2019 5

Loin de valoir les gigantesques marchés fourre-tout du Cambodge, le Campo de Fiori est une halte sympathique : une place sympathique qui accueille le plus grand marché de la ville chaque matin.

Italie 2019 6

Dernière nouveauté au programme : en 2016, nous nous étions rendus à une exposition sur Edward Hooper, au rez-de-chaussée du monument Vittoriano. Je savais que le bâtiment abritait plusieurs parties, mais j’ignorais qu’il était possible de monter gratuitement sur le toit et de profiter d’une vue à 360 degrés. Une bonne surprise.

Italie 2019 7a
Italie 2019 7b

C’est déjà pas mal pour s’occuper avec seulement deux jours complets, d’autant que, quand même, j’en ai profité pour repasser voir les endroits que j’avais préféré lors de ma première visite. Difficile d’ignorer la fontaine de Trévi

Italie 2019 1a

…ou de faire totalement l’impasse sur le Vatican, sa place Saint-Pierre et sa basilique qui est quand même imposante (et gratuite, contrairement aux musées ou à la chapelle Sixtine).

Italie 2019 1b

Voilà pour ma deuxième visite à Rome, qui aura été un peu moins marquée par les églises et les grands classiques que la première… Mais qui ne me réconcilie pas spécialement avec la ville. Face à des concurrentes de poids comme Dublin, Edimbourg, Athènes ou Copenhague, je peux même dire qu’à ce jour, Rome est la capitale européenne que j’ai le moins aimée. Aura-t-elle une troisième chance un jour ?

 

Les bonnes adresses :

Airbnb : un logement parfait pour un petit groupe comme le notre, on peut y dormir jusqu’à dix personnes. Un emplacement assez central à deux pas de Termini (terminus des navettes pour les aéroports), un prixpar personne ridicule, un grand salon, deux salles de bain, un hôte sympa, que demande le peuple ? Oui je sais, le RIC, l’ISF et la démition de Macron, mais à part ça ?

Scholars Lounge Irish Pub : les pubs irlandais étaient évidemment à la fête en ce week-end d’Italie-Irlande. Celui-ci fait partie des lauréats des deux derniers Irish Pub Global Awards, une cérémonie organisée chaque année à Dublin et qui récompense dans différentes catégories les pubs irlandais partout dans le monde. On recommande tout particulièrement les soirées karaoké !

Nannarella : globalement, on a été assez déçus par la bouffe sur ce séjour romain. La capitale n’est pas forcément où l’on mange le mieux en Italie ; c’est valable pour pas mal de pays, la France en tête. A choisir, ce restaurant au cœur du Trastevere trouvé grâce à son très bon classement sur Tripadvisor restera quand même mon favori. C’est correct et contrairement aux autres (pubs exceptés bien sûr!), on ne nous a pas servi de soupe à la grimace…

 

Le point budget :

– 80€ pour le vol AR (Hop, départ de Bordeaux)
– 50€ pour le logement, un super Airbnb pour ce prix-là. Et l’avantage d’être nombreux aussi !
– 50€ pour les sorties (match, Caracalla et walking tour)
– 85€ pour la bouffe
– 50€ pour les bars (merci les pubs irlandais…)
– 15€ en frais divers (métro/tramway en ville, bus depuis l’aéroport…)

Une réflexion sur “Roma, Roma-ma

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s