Les sirènes du Port d’Alexandrie…

Le premier gros voyage de 2022 ne m’emmène pas « très » loin, mais sera surtout l’occasion de réaliser un rêve : celui de voir les pyramides en vrai ! Direction, vous l’aurez deviné…

L’Australie ?

Mais non, l’Égypte !

Ah.

Avant de rejoindre le Caire, je passe deux nuits (mais une journée complète) à Alexandrie. Le but n’était pas spécialement de visiter ou de faire une référence à Cloclo, c’est surtout que le vol Paris-Alexandrie était beaucoup moins cher que tout ceux à destination du Caire !

Alexandrie reste le lieu de l’une des 7 anciennes merveilles du monde : son célèbre phare. Il est hélas loin de chanter encore la même mélodie, puisqu’il n’en reste rien, sinon la citadelle qui était censée l’abriter et où il faut désormais des efforts d’imagination pour le voir. Ça reste un très bel endroit.

L’autre célébrité d’Alexandrie dans le monde antique était incontestablement sa bibliothèque, qui abritait les ouvrages les plus importants de l’époque jusqu’à sa destruction complète il y a… entre 1400 et 2000 ans selon les sources. Il n’en reste rien, sinon une bibliothèque moderne inaugurée il y a vingt ans à peine, construire sur le site « approximatif » de l’ancienne bibliothèque.

Je ne sais pas pourquoi le ciel a eu cette couleur jaune toute l’après-midi, comme s’il y avait une tempête de sable qui déferlait sur la ville…

Alexandrie avait pour avantage d’être une ville assez peu touristique, où l’on arrive à marcher dans la rue sans être trop sollicité. Ce sera moins le cas au Caire.

Un incontournable ici : les pyramides de Gizeh. Pour le coup, la seule des sept merveilles du monde qui soit encore debout de nos jours. Il y a d’autres pyramides autour du Caire – ou ailleurs en Égypte ; j’ai pu en voir quelques-unes, de près, ou au loin dans un bus ou dans un train. Mais celles de Gizeh sont vraiment impressionnantes. L’alignement des trois est parfait et n’a clairement pas été fait au hasard.

Entrer à l’intérieur est possible… Mais l’entrée dans celle de Kheops (la grande) était vraiment cher, le double du prix d’entrée du site. Nous avons donc choisi de visiter « l’intermédiaire », à savoir la pyramide de Khéphren. Sur le principe, avoir vu l’intérieur d’une pyramide est cool, mais on ne voit pas grand chose… Il y a un petit parcours jusqu’à la chambre funéraire, très fréquenté par les visiteurs, et le long duquel il n’y a pas grand chose à voir. Çà a le mérite de nous offrir quelques minutes à l’ombre, même si l’on ne peut pas dire que l’on y respire mieux que dehors au soleil. Claustrophobes s’abstenir !

La petite déception est venue du Sphinx de Gizeh, que j’imaginais immense, presque aussi grand que les pyramides. La faute aux photos à la perspective trompeuse que l’on voit parfois, ou à la culture populaire (Obélix qui escalade le sphinx dans Mission Cléopâtre…). En réalité, il est tout petit ! Et en plus, il était en travaux au moment de notre passage…

Par contre, notre hôtel face aux pyramides a une terrasse rooftop très agréable qui offre une très belle vue sur les pyramides ! On profite presque du spectacle son et lumière sans avoir à en payer l’entrée.

Dans un autre style et à une vingtaine de kilomètres du Caire, nous avons visité le plateau de Saqqarah. Un peu moins fréquenté que Gizeh, et un plus diversifié, puisqu’on y trouve des tombeaux, des temples, une nécropole… et à nouveau des pyramides. On y trouve principalement le Sérapeum, alias la nécropole, où l’on peut voir des sarcophages ; ou la pyramide de Djeser, qui serait la toute première pyramide et qui est différente de celles de Gizeh : à étages, en pierres plus rouges, elle a été construite en plusieurs temps et non d’un bloc comme les autres.

Dans le coin, vous trouverez aussi la pyramide de Dahchour, que l’on n’a pas pu aller voir car elle fermait plus tôt que d’habitude : l’inconvénient de partir dans la période de ramadan, c’est que les amplitudes horaires sont souvent raccourcies. Ou encore le site de Memphis, que j’ai trouvé un peu plus dispensable à moins d’être vraiment connaisseur. C’est une accumulation de fresques, de ruines, de statues retrouvées ici et là… A faire avec un guide pour apprécier, peut-être. Seule l’immense statue de Ramsès II a trouvé grâce à mes yeux !

Nous avons voulu aller voir la citadelle du Caire, mais là encore, on s’est fait surprendre par les horaires modifiés en période de ramadan. Un chauffeur de taxi nous a improvisé une visite d’autres lieux sympas à voir et accessibles. Cela commence par le monastère St Simon, un des rares lieux chrétiens du pays. Son église troglodyte, ses peintures sur la montagne qui l’entoure : c’est le genre d’endroit sur lequel on ne s’attend pas à tomber en Égypte.

A proximité se trouve le parc Al-Azhar, qui jouxte l’université du même nom – qui elle-même serait la plus ancienne université islamique du monde. C’est pas Hyde Park ou le Jardin du Luxembourg, mais ça reste un écrin de calme et de verdure qui fait particulièrement du bien dans une ville, il faut bien le dire, plutôt bruyante et polluée globalement.

Le quartier copte est également étonnant. On y trouve plusieurs édifices religieux, comme la synagogue Ben Ezra, ou encore El Moallaqa, une église orthodoxe plus connue sous le nom de « l’église suspendue », simplement nommée aussi à cause des 29 marches à gravir pour rejoindre son entrée.

Et enfin, même si l’on sait que notre suite du parcours va le suivre en grande partie, difficile de ne pas résister à l’envie de voir enfin le Nil, qui traverse la ville du Caire !

Deux journées bien remplies au Caire ; il y aurait sans doute eu d’autres choses à faire, entre celles que l’on n’a pas pu voir (Dahchour, la citadelle, la grande mosquée…) ou celles qui ne nous intéressaient pas (les musées notamment). On peut sans doute rester à la capitale une semaine voire plus sans s’ennuyer. Ou on peut aller voir plus au sud, ce qu’on a fait !

Les bonnes adresses :

Panorama Pyramids Inn (le Caire) : l’un des hôtels (il y en a une bonne douzaine à la louche) bien situés au premier rang face aux pyramides de Gizeh avec un rooftop pour les admirer même de nuit. Très bon rapport qualité-prix, certes pas de fenêtre dans les chambres (sauf à prendre les meilleures chambres, plus cher), mais y la clim, et surtout un petit-déjeuner très copieux.

Delices (Alexandrie) : j’ai mangé sur plac eun repasassez quelconque, mais les gateaux sont tous plus appétissants les uns que les autres… Les meilleures patisseries de la ville ? Lu dans un guide et fort possible !

3 réflexions sur “Les sirènes du Port d’Alexandrie…

Répondre à jesuissurlaroute Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s