Nouvelle-Calédonie : le bilan, calmement

Vous vous demandez sans doute pourquoi cet ultime article sur la Nouvelle-Calédonie est illustré par une photo de l’opéra de Sydney. Pour une raison très simple : avec 8 heures d’escale au retour, j’ai largement eu le temps de visiter la ville de Govou ! Le train permet de rejoindre le centre-ville depuis l’aéroport en une vingtaine de minutes, certes pour un prix « pas donné », mais après quinze jours sur le Caillou on n’est plus à ça près…

Pas le temps de chiller si on veut en voir un minimum, à peine sorti de la gare de Circular Quay, on voit l’un des premiers emblèmes de la ville : le Harbour Bridge.

Exif_JPEG_420

Presque en face, de l’autre côté des quais, le non moins célèbre opéra donc…

Exif_JPEG_420

…derrière lequel se situent l’immense jardin botanique de la ville.

Exif_JPEG_420

A proximité, on peut enfin se balader dans le sympathique quartier The Rocks, qui en ce début du mois de décembre accueille un petit marché de Noël.

Exif_JPEG_420

Gratter l’Australie de ma carte-du-monde-à-gratter après cette balade serait un peu présomptueux, mais se dégourdir les jambes sur un trajet retour d’environ 35 heures (!) en tout fait du bien, et permet d’avoir un premier aperçu de ce pays qui mérite clairement quelques semaines/mois à lui seul. Un jour…

Se rendre en Nouvelle-Calédonie peut se faire (un peu) plus rapidement si l’on opte pour un passage par le Japon, avec Air France, qui permet d’avoir une seule escale. Tous les autres trajets, avec les compagnies du golfe ou en passant par l’Atlantique, en nécessitent deux. Mon choix n’a pas été guidé par la durée du vol mais bien par des raisons budgétaires puisqu’une fois de plus, après le combo Afrique du Sud-Thaïlande de 2016 et le Guatemala en 2017, ma destination automnale aura été décidée cette fois encore par une erreur de prix !

Exif_JPEG_420

C’est une fois de plus voyages-pirates qui est à l’origine de ma trouvaille… Un aller-retour en Nouvelle-Calédonie ne se trouve jamais à moins de 1.000€ ; 1.200€ étant souvent considéré comme un bon prix, voire un peu plus si l’on veut s’offrir le luxe d’une unique escale nippone – ni mauvaise. Avec l’excellente compagnie Etihad, les vols étaient repassés, dès l’erreur de prix achevés, à 1.400€… Et j’ai payé la moitié de ce prix exactement : 700€ ! Ça reste un cher mais finalement correct pour traverser la planète, avec une très bonne compagnie aérienne et même certains vols (la portion Abu Dhabi – Sydney) en A380 !

Exif_JPEG_420Et j’ai eu le hublot sur mes quatre « gros » vols !

Restait la question de la période… Fin novembre/début décembre est souvent considéré comme l’idéal : c’est le début de l’été austral, il fait chaud mais pas trop, les métropolitains ne sont plus en vacances scolaires, et les îliens pas encore. Seulement, cette année, ça tombait dans la période qui suivait le référendum sur l’indépendance, organisé le 4 novembre 2018. La victoire du « non » était probable mais certains observateurs craignaient qu’elle déclenche quelques remous du côté des indépendantistes kanaks.

Au final, si quelques incidents ont été relayés par les médias les deux jours qui ont suivi, ils ont été vite oubliés. On m’a certes conseillé d’éviter de passer par les villages les plus au sud de la côte est, les moins touristiques et les plus farouches défenseurs du oui (Thio par exemple) mais a priori, il ne s’y passait rien de spécial. La province nord est certes jonchée un peu partout de drapeaux kanaks au bord des routes, à tel point que les marchands de souvenirs n’en avaient même plus à vendre aux touristes tellement ils avaient été dévalisés pendant la campagne ! Timidement, le drapeau tricolore lui donnait la réplique à certains endroits.

Exif_JPEG_420

Le peu de fréquentation touristique sur ces deux semaines n’était pas une légende non plus, même si la Nouvelle-Calédonie est traditionnellement assez calme à ce niveau-là. Hormis les francophones et quelques japonais, les autres (anglophones notamment) préfèrent aller sur les îles où l’anglais est de rigueur (Australie, Nouvelle-Zélande) ou s’offrir plus de dépaysement avec les Fidji ou les Samoa par exemple. Contrepartie de cette tranquillité, des campings fermés ou des activités impossibles à faire faute de suffisamment de demande, comme l’excursion sur Hiengha.

Dès que l’on sort un peu de Noumea et ses environs proches, il n’y a plus grand monde sur les routes. A noter que sur les routes normales, la vitesse limite qui est passée de 90 à 80 chez nous est là-bas de… 110 km/h !

Exif_JPEG_420

Tout le monde n’est pas logé à la même enseigne sur le territoire français… J’avoue que pouvoir rouler à 110 m’a grandement facilité la vie pour pouvoir faire le tour de l’île en finalement peu de temps. Par rapport à d’autres destinations plus folkloriques, la conduite ne présente là-bas rien de particulier. Il convient juste d’être prudent la nuit, où pas mal de jeunes roulent bourrés… L’essence est de son côté au même prix dans toutes les stations-services du territoire (et moins chère qu’en France !) et le passage du bac de la Ouaïème justifie à lui seul d’être véhiculé !

Exif_JPEG_420

En revanche, malgré la période idéale, la météo n’a pas été exceptionnelle, surtout sur la fin de la deuxième semaine. Ça restera l’un des points noirs de mon voyage, avec bien sûr le décès de mon téléphone à mi-parcours (RIP Iphone 6s), et un budget qui malgré l’erreur de prix, et beaucoup d’efforts sur les repas notamment, dépasse la Floride au classement de mes voyages les plus onéreux (voir plus bas). Heureusement que mes autres gros voyages de l’année 2018 (Rwanda, Maroc) étaient dans des contrées bien moins onéreuses… et que le premier de 2019 l’a été également, puisque les prochains articles nous emmèneront du côté du Cambodge !

Exif_JPEG_420Bye-bye l’Océanie, au tour de l’Asie !

 

Le point budget :

J’avais prévu 3.000€ au doigt mouillé… Et j’étais pas loin avec des dépenses finales de 2.994€. Les 6€ gagnés ont été réinvestis dans une pinte depuis.

– 700€ pour le vol aller-retour donc !

– 900€ de transports : ça inclut principalement la voiture que j’avais loué sur place pour les quinze jours (540€), l’essence, mais aussi le trajet jusqu’à Roissy pour le départ, la navette entre l’aéroport et le centre-ville de Sydney, ou encore le vol aller-retour entre Noumea et l’île des Pins (100€).

Noumea 56
Air Calédonie a l’exclusivité de la liaison aérienne avec l’île des Pins… et le fait payer !

– 400€ pour les hébergements : là encore c’est très raisonnable. Une certaine disparité avec trois nuits « conforts » au-dessus des 50€, à l’inverse cinq nuits sous tente en camping (dans le sud, à l’île des pins, à Hienghène), et une alternance entre Airbnb (Noumea) et auberge de jeunesse (Poé) le reste du temps.

– 400€ pour les activités : un poste principalement chargé par le vol en ULM (185€) et le safari nautique (95€). On y trouve aussi la pirogue et la baie d’Oro sur l’île des Pins, le bateau à fond de verre de Poé, ou l’entrée des parcs dans le sud du pays. Pour le reste, les visites culturelles (musées de Noumea, Fort Teramba…) ont l’avantage d’être peu onéreuses, et les randonnées gratuites (ou presque dans certains cas) !

Exif_JPEG_420L’ULM : un souvenir génial… qui pèse lourd à l’heure des comptes.

– 600€ – enfin, 594 – qu’il reste, par déduction, pour boire, manger, acheter quelques souvenirs ou du matos sur place. Un poste assez important si on considère qu’en quinze jours, je n’ai fait « que » quatre vrais restos, avec service à table, pour environ 30€ à chaque fois. Le reste du temps, c’était cuisine maison, snack sur la route ou fast-foods, ces derniers étant eux aussi bien plus chers qu’en France.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s