Je préfère le bon temps du Maroc’n’roll

Vous l’avez sans doute remarqué si vous avez lu mon premier article, mais globalement, les villes marocaines m’ont laissé un sentiment… mitigé.

Et pourtant, ceux qui ont eu l’occasion d’en parler avec moi depuis mon retour le savent : je suis revenu très content de mon séjour là-bas.

Comment est-ce possible ?

Tout simplement parce que le meilleur est à venir ! Tout ce qu’il y avait entre ces grandes villes était génial. Principalement des paysages à couper le souffle, mais aussi des petits villages moins oppressants que Fès ou Arnakech, et une « activité » qui est à ce jour une des meilleures que j’ai jamais effectuées en voyage. La meilleure ? Quand même pas… Dans un tout autre style, les parcs Universal et en particulier leurs attractions Harry Potter gardent la première place, sans doute suivis par mon safari dans la réserve d’Hluhluwe-Umfolozi en Afrique du Sud. Mais elle intègre le podium et c’est déjà bien !

C’est bon, je vous ai donné envie de lire la suite ? Alors on y va.

Nous avions prévu dans notre itinéraire un long trajet entre Fès et M’hamid-El-Ghizlane à faire en 2 jours : minimum 760 km et onze heures de route selon Google Maps. Alors évidemment, même en faisant des pauses, on bouffe de la voiture. Pour mémoire :

itineraire Maroc

Après avoir quitté Fès, on aperçoit rapidement les paysages du Moyen-Atlas, qui est le « petit » massif montagneux du pays (par rapport à l’Anti-Atlas, à l’ouest, et surtout au Haut-Atlas, au centre).

Un décor sympa avant notre principale étape sur la route : les gorges du Todra / Toghdra / Toudra – apparemment toutes les orthographes sont OK et j’ai pas su laquelle était bonne. Elles étaient particulièrement sèches, comme tout le sud du pays d’ailleurs, mais c’est un coin sympa pour se balader à pied ou pour les amateurs d’escalade.

Maroc 11AMaroc 11B

Nous traversons ensuite la vallée du Dadès, la vallée des roses – qui est particulièrement impressionnante en mai/juin, nous sommes là un poil trop tôt – et la ville de Skoura, qui abrite une des dernières palmeraies cultivées et abritées où l’on ira se perdre un peu.

Maroc 12A
« Je suis sur la route »,c’est le nom du blog après tout
Maroc 12B
Un dromadaire en liberté ?
Maroc 12C
Au cœur de la palmeraie de Skoura

Maroc 12D

Mais tout ça, c’était avant d’arriver au clou du voyage : le désert.

Deux points de départ existent au Maroc pour une excursion dans le désert : Merzouga ou M’hamid-El-Ghizlane. Posez la question sur internet pour savoir lequel est le mieux, et vous aurez les mêmes réponses qu’en lançant un débat Samsung vs Apple, ou Messi vs Ronaldo. Les locaux vous conseilleront l’un ou l’autre en fonction de l’endroit où ils ont un copain qui leur filera un petit « cashback », et les touristes n’ont pour la plupart visité que l’un ou l’autre. Merzouga a l’avantage d’avoir des dunes plus hautes et d’être plus accessible, car on peut l’inscrire assez naturellement sur un itinéraire faisant une boucle, alors que M’hamid se situe tout au bout d’une route qui ne va pas plus loin. En contrepartie, Merzouga semble beaucoup plus touristique, plus fréquentée, notamment par les cars de groupes. Nous avons choisi M’hamid (et pour ceux qui se poseraient la question, je réponds Apple et Ronaldo aux deux autres questions).

Maroc 13B

Une fois le point de départ choisi, reste un autre détail essentiel à régler : quoi faire ? Un jour, une semaine, à pied, en 4×4, en dromadaire, les formules sont aussi nombreuses que les agences qui en proposent. Je suis pas forcément fan des agences vu que j’aime bien tout faire moi-même, mais pour le coup c’est quasi obligatoire. Difficile de partir seul dans le désert (à moins d’une simple balade de quelques heures) avec tout l’équipement nécessaire.

Maroc 13A
Vaut mieux que ce soit lui qui porte le matos…

Nous sommes finalement partis pour trois jours et trois nuits de marche uniquement !

Maroc 13i

La question qu’on m’a le plus souvent posée est : quel intérêt de voir la même chose pendant trois jours ? C’est vrai que par rapport à un trek en montagne, le paysage reste assez similaire même si l’on a tantôt de la végétation, tantôt des dunes, tantôt du sable et de la plaine à perte de vue… Et au final, c’est à vivre davantage pour l’expérience.

Maroc 13f
Un barbec dans le désert ?

Maroc 13h

Nous étions seuls avec nos deux guides et leurs deux dromadaires qui portaient tout l’attirail, et montions le campement chaque soir. L’un des deux guides faisait aussi office de cuistot et je ne sais pas si c’est du au cadre, mais j’ai vraiment mangé mieux durant ces trois jours que dans certains restaurants ; et la bouffe était assez variée. Le premier jour, nous avons eu notre découverte du désert et une petite palmeraie. La première nuit, nous avons eu droit à une tempête de sable qui s’est poursuivie toute la matinée suivante, avant de voir un « lever de lune » impressionnant le soir. Le troisième jour, les dunes les plus hautes du coin, mais aussi un calme perturbé pour la première fois par un rallye à la con. Les gars passaient plus de temps à pousser la voiture parce qu’ils étaient embourbés, qu’à conduire réellement. Ils auront en tout cas réussi à me mettre du Renaud dans la tête.

Maroc 13i

Maroc 13e

Une expérience à vivre pour le côté improbable, la tranquillité, le silence, le vidage de tête, les calories brûlées, et les paysages à perte de vue sans âme qui vive à part quelques troupeaux de dromadaires. Ce fut aussi l’occasion d’en faire un tour : une petite promenade le deuxième jour avant de monter le camp, en « récompense » d’avoir marché plus vite que prévu. C’est haut, lent et pas spécialement confortable. Vive le cheval.

Maroc 13g
Et on part pas sans le traditionnel dab, avec les nomades !

Maroc 13d

Après ces trois jours géniaux, nous en avions deux pour rejoindre Marrakech. Nous avons notamment fait une étape à mi-chemin assez plaisante à Ouarzazate, que j’ai déjà racontée. Et en journée ? La première fut consacrée à la vallée du Draa, et pas pour y dormir. Plusieurs arrêts photos mais pas de grandes marches, le temps de se remettre du périple des jours précédents. Notre seule grosse balade sera l’escalade du Jbel Zagora, au sommet duquel on a un panorama à 360° sur la ville de Zagora et tous les alentours.

Maroc 15

Notre seconde journée fut plus sympathique car les paysages sont très variés entre Ouarzazate et Marrakech, et les arrêts ont été nombreux. A chaque point de vue, vous trouvez généralement un vendeur de dattes (20 dirhams la boîte) : la culture de ce fruit est l’une des principales ressources de cette région qui est la plus pauvre du Maroc.

Nous avons notamment visité en chemin Aït Ben-Haddou, un ksar – un village quoi – inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Maroc 16

Bien que touristique, les bâtiments sont vraiment bien préservés, et ont d’ailleurs servis de décors à de nombreux films… mais aussi, une fois de plus, à Game of Thrones ! Même si ça demande déjà un peu plus d’imagination, la preuve en images :

Maroc 16yMaroc 16z

Le reste de la journée fut marqué par la visite improvisée d’une mine de sel, après avoir vu des panneaux par hasard de la route… Et avec un peu de chance, car elle ne se fait normalement que sur réservation, et on est arrivés une demi-heure avant un convoi d’allemands qui l’avait réservée !

Maroc 17BMaroc 17A

Nous franchissons ensuite le col du Tichka, point culminant de la route, au sommet duquel ce sont cette fois les vendeurs de pierres précieuses – ou pas – qui vont se jeter sur vous. La bascule est impressionnante : le sud est très aride, particulièrement en ce moment – nous avons cherché en vain une cascade référencée sur nos plans, mais qui semble s’être tarie. Alors qu’au nord, ce sont des paysages verdoyants à perte de vue, que l’on pourrait presque confondre avec l’Auvergne. Hélas, pris par le temps, on ne fera rien de plus que des arrêts photos…

Maroc 18Maroc 19

Au final, j’ignore si ça se ressent dans ce compte-rendu, mais la partie rurale du Maroc fut vraiment géniale. Mais si je devais refaire le parcours après coup avec les dix jours qui nous étaient impartis, ça donnerait quelques chose comme ça :
– louer la voiture directement en arrivant à l’aéroport et partir aussitôt vers le sud ;
– trois jours pour la route entre Fès et M’hamid au lieu de deux, pour avoir un rythme plus cool et prendre le temps de faire une grosse rando ou une autre activité dans les gorges du Toudra ;
– les trois jours dans le désert : je ne change rien !
– et les quatre derniers jours pour la route M’hamid-Marrakech, en marquant à Ouarzazate ma seule pause « urbaine » et en ayant là aussi plus de temps pour explorer la partie montagnarde à pied.
– arriver à Marrakech, rendre la voiture et décoller aussitôt !

Bon à savoir pour une prochaine fois ? Car il me reste encore beaucoup à voir au Maroc : le désert côté Merzouga, faire des vraies randonnées dans le Haut-Atlas, la ville bleue de Chefchaouen

Les bonnes adresses :

A Secret Garden (Tinghir) : situé dans le village juste à la sortie des gorges du Toghdra, cet hôtel est sans doute le meilleur de notre séjour… Et il est tenu par un français, un stéphanois en l’occurrence, qui l’a ouvert depuis peu mais qui gère une boutique d’escalade depuis des années ici. Pas facile à trouver car il est à l’écart de la route et les locaux ne voient pas d’un bon œil la concurrence étrangère et enlèvent ses panneaux dès qu’il en remet. En-dehors de ça, ce fut un petit-déjeuner génial, des chambres confortables avec une super vue, et des pratiques écologiques (lumière automatique, toilettes naturelles…) bien rares dans ce pays.

Maroc 20
Et la vue au réveil n’est pas désagréable…

Bivouac sous les étoiles (M’hamid) : après avoir sondé plusieurs agences, nous avons choisi de partir avec eux dans le désert pour plusieurs raisons. Ils proposaient exactement ce que nous voulions, à savoir de la marche pure (mais les intéressés trouveront aussi des formules marche/4×4/dromadaire/mix…). Ils étaient les moins chers de notre sélection : 288€ pour deux personnes tout compris – et pour nous seuls. Et ils avaient de bons feedbacks ; en particulier, on a été convaincus après les avoir vu à l’oeuvre dans un reportage diffusé dans Capital sur M6. On a supposé qu’ils prenaient sans doute pas le premier venu dans leurs émissions, même si après on s’est souvenu qu’ils diffusaient aussi des conneries comme Le meilleur patissier ou Les reines du shopping. A l’arrivée, on ne peut que confirmer leur excellente réputation ! Et c’était marrant de voir en vrai certaines personnes aperçues dans l’émission.

Le point budget :

Plus ou moins 800€ les dix jours complets (départ un samedi matin, retour un mardi matin).

– le vol était un peu cher, période de ponts et dernière minute oblige : 180€. Mais avec l’arrivée et le départ de deux aéroports différents ;
– les hébergements ont coûté 120€ pour dix nuits ;
– l’excursion dans le désert, pourboires des guides inclus : 160€ ;
– la location de voiture : 100€ par personne, pour une semaine ;
– l’essence n’est vraiment pas chère là-bas. 50€ par personne, avec un coup de karcher avant de la rendre…
– les restos : 100€ environ, et en se faisant plaisir…
– reste une petite centaine d’euros partie dans les transports, les courses, les babioles diverses, l’eau en bouteille (indispensable là-bas!), et ce que je ramène en France (350 dirhams!) faute d’avoir pu changer avant mon retour…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s