Aragon (pas le poète)

J’ai longtemps hésité avant d’écrire un billet sur cette virée en Espagne qui était davantage un moment de détente qu’un voyage à proprement parler. Puis je me suis rappelé qu’environ 75 % de mes lecteurs du blog étaient sans doute avec moi cette semaine-là, donc que je devrais obtenir une audience correcte et faire rentrer plein de recettes publicitaires.

Pour se remettre dans le contexte, moi-même et une grosse dizaine d’amis, d’un nombre variable suivant les années, louons tous les ans une maison quelque-part dans le sud-ouest, et ce la deuxième semaine d’août. Pourquoi cette semaine-là ? J’en sais rien, c’est comme ça. Généralement, les Landes, la Gironde ou les Pyrénées françaises ont notre préférence, mais pour la première fois nous décidons cette année de franchir la frontière, et de faire l’honneur de notre visite au petit village d’Igriès. La grande ville la plus proche est Huesca et si comme moi jusqu’à récemment, vous ne connaissez pas non plus, dites-vous que c’est à vol d’oiseau à mi-chemin entre Lourdes et Saragosse. On se situe bien là, c’est bon ?

Ben techniquement, si l’oiseau vole en ligne droite il a des chances de se manger le Vignemale, sauf s’il est capable de voler à plus de 3.300 mètres d’altitude mais la plupart des espèces…

…On a l’idée générale. Google Maps sera là pour les plus pointilleux. Revenons à Igriès. A part la pétanque, le ping-pong, la piscine et le barbecue, qu’y a-t-il à faire à Igriès ?

Rien ?

Bingo ! C’est pour ça qu’on va aller un peu plus loin, par exemple en visitant Saragosse. La capitale de la province d’Aragon, 5ème ville la plus peuplée du pays, abrite suffisamment d’activités et de bâtiments historiques pour s’occuper une petite journée. Deux cathédrales, un théâtre romain, une basilique (sympathique à l’intérieur) ; plusieurs musées, dont celui de Goya… Le peintre de Tres de mayo est un natif de la région et on retrouve logiquement une partie de sa collection ici. Cependant, pas besoin d’aller aussi loin pour admirer son œuvre puisqu’il y a aussi un musée Goya à Castres, dans l’Aveyron.

Espagne 1La basilique de la ville, sur la place principale – et à deux pas du musée Goya

La seule visite culturelle sans doute incontournable ici est le Palais de l’Aljaferia. Emblème de la ville et classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, il reflète l’évolution de la ville à travers le temps : il fut tour à tour un palais musulman, puis celui des rois catholiques. Aujourd’hui, il conserve une partie « musée » où l’on voit des symboles de ces deux époques, mais il abrite aussi le siège du Parlement d’Aragon. Un peu l’équivalent du Conseil Régional chez nous.

Visite très intéressante, guidée – sans supplément – en français (c’est rare) avec une charmante guide qui montre bien comment a évolué l’endroit au fil des siècles passés.

Espagne 2La cour du Palais de l’Aljaferia. Une photo pas très intéressante mais j’en n’ai pas fait d’autres en fait…

L’autre grande ville du coin, c’est Pampelune. De là, on peut facilement aller jusqu’à Bayonne ; puis de Dax jusqu’à Mont-de-Marsan. Son centre et ses principaux monuments, autour de la Plaza del Castillo, se visitent assez rapidement. On peut se promener au coeur de la citadelle ou sur les remparts. Remparts qui ce jour-là accueille une sorte de festival, avec des spectacles en tous genres (concerts, danses…) à divers endroits. Ce jour-là, Bref, dans l’ensemble Pampelune n’a pas un intérêt de ouf – sauf j’imagine lorsqu’il y a la feria. Saragosse est plus intéressante.

La troisième ville du coin, à dix minutes de chez nous, Huesca, n’a rien d’extraordinaire non plus en temps normal… Si ce n’est qu’elle accueillait à cette période-là la fiesta de San Lorenzo. Kézaco ? Disons que si vous êtes déjà allés aux fêtes à Dax, c’est la même chose, avec le vert et blanc qui remplace le rouge et blanc au niveau du code vestimentaire.

Alors une fois qu’on a vu les villes du coin, qu’on a joué à la pétanque et au ping-pong, et profité de la piscine et du barbecue, qu’y a-t-il d’autre à faire à Igriès ?

Toujours rien ?

Certes ! Mais les environs sont géniaux pour les passionnés de randonnées. Les Pyrénées sont bien sûr tous proches pour ceux qui ne sont pas effrayés par les hauts sommets et les pentes à pic. Pour les autres, voici trois balades sympathiques à proximité immédiate que nous avons faites.

Espagne 3

La plus costaud, au sein du parc naturel Sierra de Guara, est une boucle au départ de Rodellar. Un parcours d’une quinzaine de kilomètres avec pas mal de dénivelé, essentiellement concentré sur la longue montée entre le fond du Canyon du Mascun et l’arrivée dans le village abandonnée d’Otin. Annoncée pour une durée de 7H30 sur le panneau d’informations au départ du chemin… En marchant sur les mains et à reculons, peut-être. Cinq suffiront en prenant des pauses – et des poses.

Des roches sculptées, un dolmen, des passages à gué qui vous permettront de tremper les pieds – volontairement ou pas – et le ramassages de mûres sauvages rythment un parcours qui offre par ailleurs un superbe paysage, surtout dans sa première moitié. Le retour permet de faire une boucle mais est plus chiant.

Trop technique pour vous ? A quelques kilomètres de là vous attend un parcours plus calme. Au départ d’Alquezar, il longe la rivière avec pour principal intérêt d’emprunter plusieurs passerelles en bois. Niveau difficulté, on est à peu près sur la même chose qu’un aller-retour à la boulangerie.

Espagne 5Une partie de la vue que l’on a en montant la Pena de San Miguel…

Citons enfin la Pena de San Miguel, qui n’a rien à voir avec la bière éponyme (hélas). L’endroit se situe dans le nord du même parc naturel que les deux précédents, et boxe cette fois dans la catégorie « court mais intense ». Mieux vaut éviter d’avoir le vertige, ou des chaussures qui glissent, sur ce parcours à mi-chemin entre rando et via ferrata. On traverse un passage étroit au bord du vide muni d’une main courante pour s’accrocher, avant de devoir escalader la roche à l’aide tantôt d’agrafes plantées dans celle-ci, tantôt de petites échelles. Le sommet – et même les étapes intermédiaires pour ceux qui ne veulent pas aller au bout – offre une vue panoramique sur les environs, notamment la plaine de Huesca d’un côté, et d’autres formations rocheuses de l’autre. Beaucoup d’oiseaux dans le coin, notamment des vautours qui espéraient peut-être une chute de notre part..? Raté !

Espagne 4Une ascension pas évidente !

La bonne adresse :

Malabares (Saragosse) : on a voulu suivre les conseils de Tripadvisor and co, mais sans surprise, les meilleurs restaurants à tapas de Saragosse n’étaient pas prêts à recevoir un groupe de 14 personnes sans réservation en plein mois d’août… et on est tombés sur ce petit établissement qui avait quelques personnes en terrasse mais beaucoup de place à l’intérieur. Est-ce que ce sont les meilleures tapas d’Espagne ? Probablement pas. Mais c’est pas cher, y en a pour tous les goûts, et la majorité de la tablée a trouvé ça très bon. Mention pour tout ce qui est à base de charcuterie/fromage, mais avertissement sans frais pour la viande pas terrible qui garnissait par exemple les hamburguesa. En même temps, la viande espagnole… Voilà quoi.

Le point budget :

Pas de grosses visites culturelles, de parcs d’attractions ou de restos hors de prix au programme de cette semaine. D’où un bilan financier très correct, qui n’atteint même pas 400€, pour une semaine complète en Espagne + trois jours en camping, notamment pour profiter des ferias de Dax sur la route du retour. De manière approximative :
– 100€ de transport : aller-retour en Espagne en voiture, quelques parkings payants sur place…
– 120€ de logement ;
– 9€ de visites culturelles, soit les deux trucs payants à Saragosse…
– et le reste, par élimination, 170€ en bouffe, bières, rhum…

Des vacances économiques et sympas, comme d’hab !

Espagne 6bBah oui, « comme d’hab » ! Vous l’avez ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s